Feature Articles

Les bonnes et les mauvaises nouvelles de la conservation des sols

Le 7 avril 2009:

Pourquoi la Semaine nationale de la conservation des sols, qui aura lieu du 19 au 25 avril, est importante en ce moment

Le semis direct domine présentement comme pratique culturale dans les Prairies.
Le semis direct domine présentement comme pratique culturale dans les Prairies.

La plupart des Canadiens ont déjà vu des images montrant l'érosion sévère des sols. Il peut s'agir des images spectaculaires des tempêtes de poussière des Prairies canadiennes, rediffusées en souvenir de la crise économique des années 1930, ou encore, des images de l'érosion des sols causée par les importantes inondations des terres de l'Est du Canada.

À part quelques allusions à ces désastres, il est fort probable que la plupart des gens ne s'intéressent pas à l'érosion des sols. Alors, pourquoi devraient-ils être préoccupés par le rang qu'occupe le Canada en matière de conservation des sols?

« La Semaine nationale de la conservation des sols a été créée il y a maintenant 24 ans afin que les gens de partout au Canada se penchent sur cette question précise », explique Glen Shaw, directeur général du Conseil de conservation des sols du Canada (CCSC). L'organisme national, non gouvernemental et indépendant a été créé en vue de doter le Canada d'un forum public impartial pour parler et agir à l'échelle nationale pour la conservation des sols.

« Il y a de bonnes et de mauvaises nouvelles sur le plan de la conservation des sols », explique Glen Shaw. « Il y a beaucoup de choses à célébrer en matière de gestion des sols de nos jours, particulièrement la révolution dans la façon de gérer les sols ainsi que la hausse de l'intérêt des consommateurs envers les méthodes de culture des aliments qu'ils consomment. D'un autre côté, il y a encore beaucoup à faire pour que les gens prennent conscience de l'importance de la gestion durable des sols. »

Les bonnes nouvelles

Selon les données statistiques du CCSC, la dégradation des sols est un problème dont les coûts sont estimés à 2 milliards de dollars par année. La bonne nouvelle, explique M. Shaw, c'est qu'il y a de nombreux groupes qui travaillent activement à améliorer les pratiques de gestion des sols ou à accroître la sensibilisation du public envers l'importance des sols ou les deux à la fois, explique-t-il.

Producteurs favorisant le changement. Les producteurs canadiens travaillent activement à lutter contre l'érosion des sols au moyen de nouvelles pratiques de gestion des sols. Les méthodes de culture utilisant les semis directs et les semis directs à faible perturbation du sol, qui ont révolutionné le point de vue des producteurs envers les sols et qui sont utilisées partout au Canada, sont un des exemples parmi tant d'autres, indique M. Shaw. « L'industrie continue de développer et d'améliorer ces méthodes et il existe des exemples précis de ces progrès dans toutes les provinces », explique-t-il.

Les méthodes de semis directs à faible perturbation du sol sont directement responsables de la réduction de milliers d'acres de terres en jachère dans les Prairies. Cette pratique, où le sol n'est pas cultivé pendant une saison en vue de contrôler les mauvaises herbes et d'accroître le taux d'humidité de la terre, laisse souvent les sols exposés à l'érosion.

Avantages liés aux gaz à effet de serre. L'agriculture et l'élevage peuvent également être des éléments importants dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre grâce à la séquestration du carbone. En fait, le CCSC fait actuellement l'essai, partout au Canada, d'un calculateur de gaz à effet de serre qui permettra aux producteurs d'avoir en main un meilleur outil pour évaluer les émissions de gaz à effet de serre et pour développer des méthodes agricoles qui jouent un rôle de premier plan dans l'atténuation des effets des changements climatiques.

Intérêt renouvelé envers l'agriculture comme source d'investissement. L'agriculture suscite l'intérêt de la communauté des investisseurs et la production alimentaire est perçue par certains comme une des grandes possibilités d'investissement. Tout à coup, l'agriculture possède un nouveau moyen d'attirer le consommateur urbain, explique M. Shaw, et cela aide à renforcer la valeur d'une bonne gestion de la terre.

Intérêt grandissant des consommateurs envers l'alimentation. Les études démontrent que les consommateurs d'aujourd'hui sont intéressés à savoir comment les aliments qu'ils consomment sont cultivés. Cet intérêt pour des aliments contribuant à la santé et l'intérêt marqué envers les normes environnementales font croître l'intérêt envers les aliments produits selon certaines normes de durabilité. « La conservation des sols peut être un outil important dans les efforts de gérance à long terme », explique Eugene Legge, producteur de Terre-Neuve-et-Labrador et président du CCSC. « Une bonne gestion des sols réduit l'écoulement des eaux de surface vers les cours d'eau et aide à réduire les émissions de gaz à effet de serre ».

Le travail conventionnel du sol dans les régions de culture de maïs de l'Ontario est remplacé par le semis direct.
Le travail conventionnel du sol dans les régions de culture de maïs de l'Ontario est remplacé par le semis direct.

Intérêt grandissant envers l'utilisation de la terre. Puisque la pression sur les ressources de la terre est de plus en plus grande, on constate une hausse de l'intérêt au niveau du développement des politiques associées à la manière d'utiliser la terre et la manière d'intégrer la durabilité à long terme. Il s'agit d'une occasion importante de miser sur la conservation des sols dans l'élaboration des politiques, explique M. Shaw.

Soutien de la majorité des gens. Un grand nombre d'innovations dans le domaine de la conservation des sols provient directement des agriculteurs, indique M. Legge. « La force de persuasion du CCSC, envers la mise en oeuvre d'une gestion durable des sols, est fondée sur l'appui de la majorité en plus de l'expertise pratique, technique et scientifique de ses membres. »

Les mauvaises nouvelles

Bien qu'il y ait beaucoup de raisons de célébrer la manière dont les sols sont gérés de nos jours, on ne peut pas dire que toutes les nouvelles soient bonnes, explique M. Shaw. Voici quelques-uns des enjeux associés à la gestion des sols.

Il y a encore place à l'amélioration au niveau de la ferme. Bien que les producteurs aient fait un grand pas vers l'avant, on doit souligner que l'agriculture et l'élevage peuvent également être des éléments importants dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre grâce à la séquestration du carbone. En fait, le CCSC fait actuellement l'essai, partout au Canada, d'un calculateur de gaz à effet de serre qui permettra aux producteurs d'avoir en main un meilleur outil pour évaluer les émissions de gaz à effet de serre et pour développer des méthodes agricoles qui jouent un rôle de premier plan dans l'atténuation des effets des changements climatiques.

Utilisation de terres inappropriée pour la production agricole. Un des effets négatifs des meilleurs rendements en agriculture et de l'intérêt grandissant de la communauté des investisseurs est une tendance à utiliser des terres qui ne conviennent pas à l'agriculture et à l'élevage pour la production.

Perte de terres agricoles. De plus en plus de terres agricoles doivent de nos jours céder la place à une urbanisation progressive, indique M. Shaw. Dans de nombreux cas, ces terres perdues sont les meilleures terres agricoles et cela représente une perte de terre qu'il peut être difficile, voire impossible à récupérer pour la production agricole dans l'avenir.

Pression pour une augmentation des ressources. Dans un monde où l'attention est dirigée vers une économie en récession, il existe toujours des risques que le sujet de la gestion des sols passe inaperçu parmi les autres sujets qui semblent plus préoccupants dans l'immédiat. « C'est pourquoi il est essentiel ce sujet continu d'être débattu sur la place publique au moyen d'initiatives comme la Semaine nationale de la conservation des sols », indique M. Shaw.

Pour obtenir plus de renseignements

Pour obtenir des renseignements supplémentaires sur le CCSC et la Semaine nationale de la conservation des sols, consultez le site Internet suivant–: www.soilcc.ca. Le CCSC a été fondé en 1987 en vue de doter le Canada d'un forum public impartial pour parler et agir à l'échelle nationale pour la conservation des sols. Les personnes désirant lutter contre la dégradation des sols peuvent devenir membre individuel ou collectif du CCSC. Veuillez simplement consulter le site Internet à l'adresse : www.soilcc.ca et cliquez sur le lien « Join the SCCC ».