GHGMP News Releases

Les nombreux avantages de la culture intercalaire en font une option intéressante pour les producteurs

Agassiz (Colombie-Britannique), le 16 Décembre 2004

Deux cultures valent mieux qu'une. C'est du moins ce qui semble ressortir des recherches menées au Centre de recherches agroalimentaires du Pacifique (CRAPAC) d'Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) à Agassiz, en Colombie-Britannique.

« Le ray-grass d'Italie ensemencé entre les rangs de maïs au printemps permet aux producteurs de la vallée du Bas-Fraser d'utiliser l'azote résiduel tout en produisant un excellent fourrage pour le bétail », affirme le Dr Shabtai Bittman, spécialiste de la gestion des fourrages et des grandes cultures au CRAPAC. La méthode, connue sous le nom de culture intercalaire, offre d'autres avantages pour l'environnement : elle réduit considérablement la quantité d'azote perdue par lessivage ou par émission dans l'atmosphère.

Le projet de recherche et d'expansion est coordonné par la Pacific Field Corn Association et financé en partie par le Programme d'atténuation des gaz à effet de serre pour le secteur agricole canadien (PAGES). Un rapport régional sur la recherche est affiché sur le nouveau site Web du Conseil de conservation des sols Canada (CCSC) à l'adresse suivante : www.soilcc.ca.

La technique consiste à semer une deuxième culture avec le maïs, qui, une fois celui-ci récolté, continuera à pousser et absorbera l'azote résiduel. Il s'avère que le ray-grass d'Italie est l'un des fourrages qui se prête le mieux à cette méthode.

« L'azote résiduel suscite de grandes préoccupations environnementales en raison des pluies abondantes qui s'abattent généralement durant l'hiver sur la côte sud-ouest de la Colombie-Britannique », indique Sandra Taichel de l'Abbotsford Soil Conservation Association et coordonnatrice des travaux du Programme d'atténuation des gaz à effet de serre pour le secteur agricole canadien (PAGES) en Colombie-Britannique. La culture intercalaire est l'un des moyens utilisé pour réduire l'azote résiduel.

« Malgré tous les avantages qu'offre cette méthode, les producteurs canadiens ont mis du temps à s'intéresser à la culture intercalaire, explique le Dr Bittman, mais les visites organisées récemment pour démonter le succès de cette méthode ont suscité un intérêt considérable auprès des producteurs de la Colombie-Britannique au cours des deux dernières années. »

Le ray-grass d'Italie s'est révélé un fourrage de qualité pour les bovins laitier. Il est très appétissant et contient beaucoup de protéines. Son rendement peut atteindre de trois à cinq tonnes par hectare et il peut être utilisé comme culture d'ensilage, comme fourrage vert et comme pâturage.

« La culture intercalaire contribue grandement à atténuer l'impact de l'azote résiduel sur l'environnement, affirme le Dr Bittman. Le ray-grass d'Italie est non seulement un excellent fourrage, mais il aide les producteurs à réduire les coûts liés à l'alimentation du bétail. »

Le Programme d'atténuation des gaz à effet de serre pour le secteur agricole canadien (PAGES) appuie un large éventail de projets à l'échelle du Canada visant à promouvoir des pratiques agricoles qui réduisent les émissions de gaz à effet de serre. Le CCSC administre le volet du programme sur la gestion des sols et des éléments nutritifs. Pour plus de renseignements sur les activités, consultez le site Web du CCSC à l'adresse www.soilcc.ca.


For more information, contact:

Jayna Houston
Programme de réduction des émissions de gaz à effet de serre pour le secteur canadien de l'agriculture, coordonnatrice des travaux pour le Sud de la Colombie-Britannique
Téléphone : (604) 556-3732

Doug McKell, P.Ag.
Conseil de conservation des sols Canada, directeur exécutif
Téléphone : (306) 695-4212
Télécopieur : (306) 695-4213
Site Web : www.soilcc.ca